Menu 06 09 49 34 57
Point Médical, rond point de la Nation 21000 Dijon
Zone d'intervention : 30 km autour de Dijon
Votre sage-femme à Dijon Adresse Point Médical, rond point de la Nation
21000 Dijon
Zone d'intervention : 30 km autour de Dijon
Horaires Le lundi,Mardi,Jeudi,Vendredi de 9h30 à 19h00
Le mercredi, Samedi de 9h30 à 11h00
Contactez-moi Prendre rendez-vous
  • Bébé
  • Grossesse
Pascale GALLAND-LEGRAND Votre sage-femme à Dijon Prendre rendez-vous

Suivi gynécologique chez Pascale Galland-Legrand à Dijon

Dans le cadre de mon métier de sage-femme à Dijon, j’assure le suivi gynécologique de toute femme, non porteuse de pathologie grave. Le suivi dont je m’occupe est réalisé à titre préventif, et ne se substitue aucunement aux traitements de maladies vénériennes, sexuellement transmissibles, ou autres affections pouvant toucher l’organe génital féminin. Toute personne désireuse de prendre des contraceptifs, de réaliser un frottis, ou de se faire poser un stérilet ou un implant peut ainsi prendre rendez-vous pour une consultation.
 

La prescription d’une contraception

La prescription d’une contraception
Il est dans mes compétences de prescrire des contraceptifs à toute femme sexuellement active, et mes prescriptions dépendent essentiellement des besoins de la personne et de son état de santé en général. Cependant, moi Pascale Galland–Legrand, je tiens compte tout de même des critères suivants pour choisir la contraception idéale :
  • son âge
  • ses conditions affectives (célibataire ou en couple, fidèle ou non, relations sexuelles fréquentes ou rares)
  • son mode de vie en général (alcool, tabac, drogue, autres addictions)
  • sa situation familiale (avec ou sans enfants, voudrait en avoir bientôt ou pour plus tard)
  • ses menstruations habituelles (règles douloureuses, abondantes, irrégulières, acné…).
En considérant tous ces éléments précédemment cités, je peux ensuite décider de prescrire des contraceptifs hormonaux, pouvant être pris par voie orale (pilule) ou par injection. Sinon, je suggère des moyens de contraception intra-utérins, notamment les capes cervicales et les diaphragmes. En cas de besoin, j’administre un contraceptif d’urgence, tout en informant la concernée sur l’impossibilité d’y avoir recours à chaque fois.

La pose de stérilet et d’implant

La pose de stérilet et d’implant

Stérilet

Le stérilet, s’il est hormonal, doit être posé dans les jours qui suivent les règles. S’il s’agit d’un dispositif non hormonal par contre, il peut être inséré à n’importe quelle période du cycle. La patiente s’allonge sur le dos lors de la pose, avec les genoux fléchis et les pieds légèrement écartés.
Avant l’introduction du dispositif, j’évalue d’abord la profondeur, la forme et la sensibilité de l’utérus à l’aide d’un instrument gradué. Une fois ces paramètres définis, je désinfecte le col, écarte les parois avec un spéculum, puis insère le stérilet en le poussant légèrement pour atteindre la cavité utérine.
Si certaines femmes appréhendent l’intervention, je leur donne un cachet anti-douleur ou un décontractant au préalable.

Implant

L’implant est un bâtonnet de la taille d’une allumette (diamètre : 2mm, longueur : 4 cm), de forme cylindrique et ultra souple. Il a pour action de libérer de l’étonogestrel (hormone féminine) en permanence, qui, une fois diffusée dans le sang, empêche l’ovulation et l’arrivée des règles. Son effet contraceptif est censé commencer dès les 24 h suivant l’intervention, mais il est tout de même préférable de faire usage de préservatifs dans les 15 premiers jours.
Pour le mettre en place, j’applique une crème anesthésique au niveau du bras où il va être inséré. La patiente se met donc en position allongée, avec le bras légèrement plié. Une fois qu’elle est bien installée et détendue, j’insère l’implant à l’aide d’une aiguille dédiée à cet effet. Le procédé se fait très rapidement et provoque peu de douleurs.

Le frottis

Le frottis est une forme de prélèvement, effectuée sans anesthésie, dans le but de dépister des lésions évocatrices de cancer (du col ou de l’utérus) ou d’analyser la flore microbienne du vagin. Si d’habitude, il est réalisé par frottement des parois à l’aide d’un long coton-tige (écouvillon), il y a aussi des situations où l’on utilise une brossette ou une petite spatule en bois désinfectée pour recueillir les prélèvements. Une fois les sécrétions obtenues, elles sont alors étalées sur une lame de verre pour être analysées en laboratoire. Dans tous les cas, l’intervention se fait en position allongée, avec les pieds posés sur des étriers.
Afin d’éviter un mauvais prélèvement, il est essentiel de respecter certaines conditions avant même la réalisation du frottis. Pour avoir ainsi un résultat valide, il faut que l’intervention se fasse à plus de 2 jours après les relations sexuelles et en dehors des règles. La toilette intime est également à proscrire dès la veille du prélèvement, et il faudra attendre dans les quatre semaines si la personne suit des traitements (crème ou ovule) à cause d’une infection vaginale quelconque.
Le premier frottis devrait se faire à 25 ans pour une femme en bonne santé, puis régulièrement tous les 3 ans jusqu’à l’âge de 65 ans. Toutefois, certains signes supposés alarmants doivent la pousser à consulter plus tôt. Il s’agit, entre autres, de :
  • pertes abondantes, malodorantes et colorées
  • pertes abondantes, malodorantes et colorées
  • fortes douleurs lors des rapports sexuels.
Tarifs

© 2020 | Tous droits réservés Réalisation & Référencement Réalisation & Référencement Cliqeo
Vous appréciez, partagez !
Pascale Galland - Legrand Télèphone06 09 49 34 57
AdressePoint Médical, rond point de la Nation
21000 Dijon